• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
21/10/2016

Diversification des pétroliers - Episode 4

Alors que le prix du baril a chuté de plus de 70% entre juin 2014 et février 2016, les résultats des majors* pétroliers sont dans le rouge. Le chiffre d’affaires de l’ensemble des majors a baissé de -36% et le résultat nets de -85% en 2015. Les majors ont donc drastiquement réduit leurs investissements, poursuivi leurs désinvestissements, diminué leurs effectifs et réduit leurs coûts de -15% en 2015.

Les résultats des compagnies nationales** affichent un recul comparable : entre -16% et -34% de chiffre d’affaires en 2015. Elles ont également fortement réduit leurs investissements en 2014 et en 2015.

Avec -19% de réduction en 2015 pour l’ensemble des majors, c’est la deuxième année consécutive de diminution des investissements. La part du chiffre d’affaires investi est toujours très élevée (14%). A 87% dédiés à l’amont, ces investissements ne sont plus suffisants pour que les ratios de remplacement des réserves se maintiennent.

Malgré les bons résultats des segments aval, qui profitaient de marges de raffinage plus élevées, la diversification verticale n’a pas été renforcée et les investissements dans ce secteur ont également diminué de -19% pour l’ensemble des majors en 2015.

La production de liquide des majors suivait une tendance baissière depuis de nombreuses années, au profit de la production de gaz. Cependant, en 2015 cette tendance s’est inversée avec une reprise de la production de liquide à près de 11 Mb/j. La production de gaz a quant à elle légèrement diminué pour s’établir à 1 306 Mm3/j. La part du gaz dans le mix de production est donc de 43% en 2015 alors qu’elle approchait 50% pour certains majors en 2013-2014. Cependant, au vu de leurs prévisions long-terme, cette inversion de tendance, due à un recentrage sur les actifs les plus rentables, ne semble pas structurelle.

Les compagnies nationales chinoises ont une stratégie de diversification « gaz » comparable à celle des majors. Elle est ralentie actuellement mais devrait reprendre.

Bien que la COP21 ait été marquée par un consensus global pour favoriser la transition énergétique, les stratégies des majors dans le domaine des énergies alternatives sont très hétérogènes. Certains se montrent ambitieux comme Total qui s’investit dans l’électricité qu’il définit comme l’énergie du 21ème siècle ou encore ENI qui s’engage dans le solaire. Les autres jugent que ce cycle bas n’est pas propice aux investissements dans ces secteurs. Seuls les biocarburants font l’unanimité. Mais les montants dédiés restent très limités (moins de 3% des investissements).

*Les majors analysées dans cette étude sont BP, Chevron, ConocoPhilips, ENI, Exxon Mobil, Shell et Total

**Les compagnies nationales analysées sont Sinopec, Petrochina, Gazprom, Petrobras, PDVSA et Pemex 

 

 

 

>> Télécharger l'étude en français ici

>> Download the English version of our study here

 

Vos contacts Sia Partners :

Charlotte de Lorgeril
Associate Partner Energy
+33 6 24 73 18 34

charlotte.delorgeril@sia-partners.com

Philomène Portenart
Consultante
philomene.portenart@sia-partners.com

0 commentaire
Publier un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top